Débat pour gogos


Soutien à l'ARDT

En savoir plus

 

Actualités de la Fédération de la Haute Garonne

En savoir plus

 

NOUVEAU

Le chiffon rouge du Lauragais sur Facebook ( ICI )


C'est parti !

Un débat sur l'islam transformé en débat sur la laïcité. Et ce n'est que le début de la campagne pour la présidence de notre "pauvre" République.

Charles TRENET avait écrit "Douce France " en 1943.

La version de Stéphane GUILLON est parfaitement adaptée à la période que nous vivons et que nous allons vivre.

Pour regarder la vidéo Cliquer ICI



Connaissez vous  Alain MINC ?

Personnage influent qui nous vend sa politique néo-libérale depuis des années. Cette politique qui appauvri les peuples, mise en œuvre par le FMI et l'OMC. Toujours à la tribune de la grande messe de Davos.

Alain MINC qui considère que les dépenses pour soigner les "vieux" sont un "luxe" (Voir ICI) en prenant l'exemple de son père malade.

Alain MINC, viré du journal "Le Monde" il y a quelques années après avoir mis ses comptes dans le rouge.

Alain MINC qui émarge dans de multiples conseils d'administrations et qui cumule les jetons de présence.

Ce conseiller influent de Nicolas SARKOSY était sur les ondes de France Inter mercredi 02 mars 2011 à 08h20.

Concernant la laïcité, il considére qu'il faudrait probablement  suspendre temporairement la loi de 1905 (documents sonores ci-dessous)

 

Alain MINC sur France Inter
Alain MINC sur France Inter

Article 2 de la loi de 1905.

" La République ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucun culte...."

 

Et c'est très bien comme cela !

Nous avons frôlé la guerre civile en 1906 lors de l'inventaire des églises et aujourd'hui, par ignorance, le président de notre République laïque souhaite (pour des raisons électoralistes) mettre en concurrence les religions.

Comportement totalement irresponsable.

Oui, la religion chrétienne fait partie de l'histoire de la France. C'est une évidence et alors...!

Doit t' on rappeler le nombre de morts le 24 août 1572  lors du massacre de la Saint Barthélémy, confrontation entre catholiques et protestants. Des milliers.

Monsieur SARKOZY souhaite t' il alimenter les tensions entre catholiques et musulmans ?

Ouvrir ce débat, qui risque le dérapage incontrôlé tel celui concernant l'identité nationale afin de piétiner les plates-bandes du FN , va exacerber les passions sans aucun doute.

Concernant les prières des musulmans dans les rues, voici une initiative (voir une solution) qui est à développer (Voir ICI).

 

La laïcité c'est avant tout:

La libre conscience mais aussi la libre croyance en respectant ces principes:

- La pratique de ses rites religieux dans la sphère privée ou dans les lieux spécifiques à l'exercice du culte.

- Aucun prosélytisme et signes ostentatoires dans l'espace public.

- Aucune différence d'accueil dans les services publics (piscines,cantines, hôpitaux, etc...)

- Neutralité des agents de la fonction publique (concernant ses convictions religieuses) durant ses heures de travail.

- Aucun financement des établissements scolaires (confessionnels)

Argent public, école publique.

Argent privé, école privée.

 

- Aucune subvention culturelle "maquillée" à des fins cultuelles.

 

Que les responsables politiques (de droite et de gauche), qui se targuent d'être respectueux des valeurs de la République, appliquent ces principes fondamentaux.

Nicolas SARKOZY et ses compères de l'UMP souhaitent débattre "sans aucune arrière pensée" de la laïcité. Très bien !

Nous proposons de revenir sur les principes fondamentaux de la loi de 1905 et d'annuler tous les textes législatifs votés depuis, afin de la vider de sa substance, telle la loi Debré, la loi Carles, etc....

Dans un souci d'égalité et d'équité, appliquer la loi de 1905

évitera la montée des communautarismes et du Front National.

Transformer Marine LE PEN en " égérie" de la laïcité alors qu'elle a baptisé ses trois enfants à l'église Saint Nicolas du Chardonnet, haut lieu de l'Opus Déï, est sans aucun doute, un enfumage pour gogos.


Articles de presse


Canard enchainé du 23 février 2011

Marianne n° 722 du 19 février 2011